The Millionaire Next Door

  • Auteur : Thomas J.Stanley, William D.Danko
  • Langue : Anglais
  • Année : 1996
Voir ce livre sur Amazon

Qui sont les millionaires ? Quel est leur mode de vie ? Quelles sont leurs habitudes de consommation ?

C'est pour répondre à ces questions que The Millionaire Next Door a été écrit. Compte rendu d'une étude réalisée dans les années 90 sur plusieurs milliers de millionaires — les fameux 1% dont on parle souvent — ce livre intriguant, provocateur et parfois très drôle nous permet de nous glisser dans la peau d'un millionaire le temps de quelques pages.

Ce faisant, cet ouvrage énonce les principes fondamentaux nécessaires à la bonne gestion de nos finances personnelles.

Si, pour vous, l'argent est un sujet tabou, je vous recommande tout particulièrement cette lecture. De par sa forme de compte rendu, il appréhende le sujet de manière analytique en essayant de n'y porter aucun jugement de valeur.

Il permet de prendre du recul sur notre situation personnelle et d'appréhender le monde avec une vision différente. Comme nous le verrons dans ce premier chapitre, il permet également d'effacer de nombreuses idées reçues sur cette population que nous connaissons mal.

Les auteurs utilisent le terme de millionaire au masculin par soucis de simplification. J'ai choisi de faire de même ici. Il va de soit que le discours tenu ne fait aucune différence à cet égard.

Chapitre 1 — Partons à la rencontre du millionaire d'à côté

Si nous organisions un sondage demandant à une population de décrire une riche personne, ces réponses figureraient à coup sûr parmi les résultats :

  • il habite une grande maison dans un quartier huppé,
  • il roule en voiture de luxe,
  • si c'est un homme, sa femme est bien plus jeune que lui,
  • il s'habille avec de somptueux vêtements et des accessoires de luxe.

Nous pourrions facilement prolonger cette liste. Pourtant, tout ce qui est dit ici est faux.

Corrigeons les précédents points :

  • Le millionaire moyen habite dans un quartier de classe moyenne dans une maison semblable aux maisons voisines. Ce faisant, il n'est pas tenté par les habitudes de consommation ostentatoire des luxueux quartiers. Il maintient ainsi un niveau de vie confortable lui permettant tout de même de mettre de côté une partie de son revenu.
  • Une portion non négligeable de millionaire achète son véhicule sur le marché de l'occasion. De manière générale, les millionaires préfèrent acheter un modèle de génération précédente, modèle qu'ils garderont quelques années avant de le changer. Ce faisant, ils profitent d'un véhicule moins cher, encore en très bon état, qu'ils peuvent revendre à terme sans décote substantielle.
  • Le ménage millionaire moyen est constitué d'un couple marié. Les conjoints se connaissent de longue date et n'ont pas connu de divorce. Tous deux ne sont pas très dépensiers et passent une partie de leur temps à la prévision de leurs dépenses ainsi qu'à la planification de leurs investissements.
  • La majorité des millionaires n'a jamais dépensé plus de 400 € dans un costume. Le prix moyen de la montre la plus chère qu'ils possèdent est de 200 €.

Vous l'aurez compris, la richesse n'est pas qu'une question de capital. S'il est indispensable de bien gagner sa vie pour devenir riche, il est tout aussi important de gérer ses dépenses avec soin.

Si vous avez un revenu élevé mais que vos habitudes de consommation sont tout aussi élevées, alors vous aurez plus de soucis à mettre de l'argent de côté qu'une personne avec un revenu modéré vivant en dessous de ses moyens.

Afin de distinguer clairement la richesse du revenu, les auteurs proposent la formule suivante :

richesse=aˆge×revenu annuel10\text{richesse}=\frac{\text{âge}\times\text{revenu annuel}}{10}

L'intuition derrière cette formule est la suivante : être riche, c'est être capable de mettre de côté plus de 10% de son revenu par an pendant toute sa vie. Cet indicateur peut être utile pour appréhender sa situation personnelle mais n'est en aucun cas une règle absolue. Par exemple, un jeune de 20 ans qui commence à travailler n'est généralement pas en mesure de mettre 2 ans de salaire de côté immédiatement. En revanche, à 50 ans, il est concevable qu'un individu ait pu constituer un patrimoine de 5 années de salaire.

De cette formule découlent 2 catégories. Si votre richesse est supérieure à ce chiffre, vous êtes ce que les auteurs appellent un prodigieux accumulateur de richesse, sinon un sous-accumulateur de richesse. J'utiliserai à présent les termes PAR et SAR pour désigner ces 2 groupes respectivement. Si l'idéal est de se trouver dans la première catégorie, comment faut-il s'y prendre ?

Chapitre 2 — Economiser, économiser, encore économiser.

La frugalité des millionaires a de quoi surprendre. S'ils peuvent se permettre de vivre confortablement sans se soucier de leurs économies, pourquoi gaspillent-ils du temps et de l'énergie à prévoir chaque dépense ?

La richesse est relative. Imaginez que vous gagnez 50 000€ par an et que vous habitez un riche quartier. Vous avez contracté un prêt pour financer votre grande maison avec 4 chambres alors même que vos enfants n'y habitent plus. Pour faire comme vos voisins, vous avez acheté le dernier Porsche Cayenne avec vos économies.

Dans cette situation, vous ne pouvez plus mettre d'argent de côté à la fin de l'année. Pour continuer à financer vos habitutes de consommation, vous passez votre temps à travailler et profitez peu de votre famille.

Pour éviter cette situation volontairement exagérée, il faut éviter ce qu'on appelle le « lifestyle creep », c'est-à-dire l'augmentation simultanée de votre revenu et de votre niveau de consommation.

Pour les millionaires, le fait de vivre en dessous de ses moyens est un des points les plus importants dans la consitution d'un patrimoine. Ce caractère fait partie intégrante de leur mode de vie. C'est en l'intériorisant qu'ils ont développé les bonnes habitudes les menant sur la route du succès. Pour eux, faire des économies n'est pas de la privatisation mais un jeu qui rapporte gros à long terme.

Plus qu'une nécéssité, la frugalité est donc un mode de vie qui fu pour la plupart des millionaires le moteur de leur croissance économique.

Chapitre 3 — Temps, énergie et argent

Les millionaire utilisent leur temps, leur énergie et leur argent efficacement de façon à créer de la richesse.

En moyenne, les PAR passent 2 fois plus de temps à prévoir leurs investissement financiers que les SAR. Ils savent exactement où va chaque centime de leur revenus.

Pour eux, l'argent est une ressource qui ne doit jamais être gaspillée. Ils vivent volontairement en dessous de leurs moyens. Un gestionnaire de patrimoine confie aux chercheurs que « seulement les clients avec une richesse considérable veulent savoir exactement combien leur famille dépense dans chaque catégorie ».

En terme de sources d'angoisse, les SAR et PAR sont encore bien différents.

Pour les SAR, les principales angoisses sont d'avoir à subir une baisse de salaire et de voir les taxes augmenter.

En prévoyant à l'avance la manière optimale d'utiliser leur argent, les prodigieux accumulateurs de richesse écartent ces sujets de leurs sources d'angoisse. Leurs inquiétudes sont plus axées sur des problèmes de fond comme leur réussite et celle de leurs proches.

Chapitre 4 — Vous n'êtes pas ce que vous conduisez

Tout comme l'habit ne fait pas le moine, la voiture ne fait pas le millionaire.

Les prodigieux accumulateurs de richesse ont bien compris une chose : ce que vous êtes ne dépend pas de ce que vous achetez.

Après le logement, la voiture est souvent la dépense la plus importantes d'un ménage.

Seulement 25% des millionaires ont acheté leur véhicule neuf. Ce faisant, ils économisent en moyenne 20% sur le prix d'achat de leur véhicule.

Si le prix d'achat d'un véhicule en Amérique était de 21 000 $ au moment de l'étude, le prix moyen d'achat d'un véhicule pour un millionaire était de 24 000 $ ; un prix à peine plus élevé.

Plus de 50% des véhicules acheté par les millionaires avaient au moins 2 ans lors de l'achat.

Alors que les auteurs organisaient une rencontre dans le cadre de leur étude, ils ont regardé sur le parking s'attendant à y voir de belles voitures. Ils y ont vu une majorité de Ford, de General Motors et peu de voitures de sport. « Ces gens ne recherchent pas un statut, ils achètent leur voiture au kilo ! » se sont-ils exprimés.

Les auteurs relaient l'anecdote suivante qu'un millionaire leur a racontée :

Quelque chose d'intéressant est arrivé récemment. J'ai découvert qu'on allait m'offrir un cadeau surprise. Ce cadeau, une Rolls-Royce ! Elle a été commandée spécialement pour moi avec des couleurs spéciales, un intérieur spécial… Ils l'avaient commandée à peu près 4 mois avant que je le découvre et nous avions encore 5 mois avant la livraison.

Comment faire pour dire à quelqu'un qui vous offre une Rolls-Royce que vous n'en voulez pas ?

Vous avez bien lu, ce monsieur à qui ses proches souhaitent offrir une des voitures parmis les plus luxueuses du monde s'apprête à refuser ce cadeau.

Il n'y a rien que représente la Rolls-Royce qui soit important dans ma vie. Je ne veux pas non plus avoir à changer mon mode de vie pour m'accomoder à la possession de cette voiture. Je ne peux pas y balancer de poissons sur la banquette arrière comme j'ai l'habitude de faire lorsque je vais à la pêche. J'emmène tout le monde au lac. J'y pêche tous les week-ends. On fait partie des meilleurs coins de pêche en eau douce du pays.

Vous le voyez, le millionaire n'a que faire du statut social potentiel procuré par la possession d'une voiture de luxe.

Chapitre 5 — Soins ambulatoires économiques

Les soins ambulatoires économiques (SAE) sont des versements que les parents effectuent périodiquement à leurs enfants dans le but de les aider à démarrer dans la vie professionnelle.

L'idée est la suivante : ayant dû eux-mêmes surmonter des moments difficiles financièrement dans leur jeunesse, les parents souhaitent éviter cette situation à leurs enfants en leur donnant un coup de pouce financier le temps que leur situation se stabilise.

En pratique, les enfants ayant reçus des SAE sont la plupart du temps de moins bons acumulateurs de richesse que ceux qui n'en n'ont jamais reçu. Ils gagnent 98% du revenu de ceux qui ne reçoivent pas de SAE. En revanche, leur richesse ne représente en moyenne que 47% de celle de ces derniers.

Deux explications sont données à ce phénomène :

  • Cette aide financière donne une fausse impression de sécurité financière, ce qui pousse à consommer au dessus de ses moyens.
  • En ayant du surmonter ces difficultés financières dans leur jeunesse, les parents n'ont pas eu d'autre choix que d'apprendre à gérer leur argent. Le passage de cette épreuve a certainement été un élément déterminant de leur réussite financière. S'ils avaient eux-mêmes reçus des SAE, peut-être ne seraient-ils jamais arrivés à leur situation financière actuelle.

Chapitre 6 — Affirmation, style de vie familiale

Les enfants des millionaires sont pour la plupart indépendants financièrement. L'indépendance est une valeur profondement ancrée dans ce genre de famille.

Afin de rendre ses enfants indépendants financièrement, les auteurs ont regroupés une liste de 10 conseils :

  • Ne jamais dire à un enfant à quel point ses parents sont riches. Le but étant d'éviter aux enfants de s'habituer au rythme de vie haut statut/haut revenu.
  • Peu importe à quel point vous êtes riche, enseignez à vos enfants la discipline et la frugalité.
  • Assurez-vous que vos enfants ne réalisent pas à quel points vous êtes riche avant qu'ils aient établi une vie d'adulte mature et disciplinée ainsi qu'une bonne profession.
  • Minimisez les discussions à propos de l'héritage ou des cadeaux que vos enfants recevront. Les promesses faites à la légère sont source de discorde et de conflit.
  • Ne donnez jamais d'argent ou de cadeaux importants à vos enfants dans une stratégie de négociation. Ne le faites que par amour, obligation ou gentillesse.
  • Restez en dehors des problèmes familiaux de vos enfants.
  • N'essayez pas d'entrer en compétition avec vos enfants. Ne jamais commencer une conversation par « tu sais quand j'avais ton âge, j'avais déjà… ». Souvent les enfants ne peuvent rivaliser avec leurs parents ou ne le veulent pas. Les objectifs de vie des parents et des enfants peuvent être diamétralement opposés.
  • Souvenez-vous toujours que vos enfants sont des individus. Ce qui marche pour l'un peut ne pas marcher pour l'autre.
  • Insistez sur les accomplissement de vos enfants, peu importe leur taille. Apprenez leur à atteindre des objectifs, pas simplement à consommer. Gagner plus pour dépenser plus ne devrait pas être une source de motivation pour eux.
  • Dites à vos enfants que de nombreuses choses sont plus importantes que l'argent. La santé, la longévité, le bonheur, une famille heureuse, des bons amis, le respect, l'honnêteté, etc. sont des valeurs à privilégier. L'argent, c'est la cerise sur le gâteau.

Chapitre 7 — Trouvez votre niche

Si les riches excellent à une chose, c'est à la recherche d'opportunités.

Une phrase que l'on voit souvent sur internet indique que pour gagner 1 million d'euros, on peut soit vendre 100 000 produits à 10 €, soit 10 produits à 100 000 €. Les riches préfèrent généralement la seconde catégorie.

Les millionaires comptent pour plus de la moitié des richesses privées en Amérique. Ils savent que leur population est une population intéressante pour les affaires. Un des 2 auteurs de ce livre a d'ailleurs sorti un autre livre spécialement dédié à la vente destinée à cette population.

Les professions ayant comme clientèle cette catégorie sont donc privilégiées : comptable spécialisé, gestionnaire de patrimoine, promoteur, docteur/dentiste, etc.

Chapitre 8 — Millionaires et emploi

Si vous vous attendez à une liste de business à créer pour devenir millionaire du jour au lendemain, vous allez être déçus. Les auteurs ont en effet constaté qu'on ne peut pas prédire si quelqu'un est millionaire simplement en regardant la profession qu'il exerce.

Là où les millionaires se distinguent, ce n'est pas tant dans la profession qu'ils exercent que dans la manière dont ils l'exercent.

Cette citation d'un multimillionnaire ayant participé à cette étude résume bien ce chapitre :

Il y a énormément de gens qui n'aiment pas leur travail. Je vais vous dire honnêtement ; un gars qui travaille, qui aime son métier, qui est impatient de se lever le matin pour aller travailler, c'est ça mon critère [de succès]. J'ai toujours été comme ça. Je suis impatient de me lever, d'aller au bureau et de commencer à travailler.

Conclusion personnelle

Derrière ce format d'étude, ce livre est un véritable cours d'éducation financière. Même s'il n'a pas vocation à être un énième « how to get rich » à l'américaine nous enseignant comment devenir riche du jour au lendemain, il réussi à nous insuffler le bon état d'esprit pour atteindre ce but. Je le recommande vivement à quiconque souhaite ce documenter à ce sujet.

Malheureusement pour les non-anglophones, il n'existe pas de traduction française de ce livre à ce jour. J'espère, via cet article, contribuer à la diffusion de ses principales idées. Cependant, l'anglais utilisé est plutôt simple pour peu que vous ayez l'habitude du vocabulaire entrepreneurial ou financier.

Les 3 idées principales à retenir sont pour moi :

  • Trouvez un travail qui vous plaît dans lequel vous pouvez vous investir et qui vous offre une rémunération confortable.
  • Vivez en dessous de vos moyens. Ne tombez pas dans le piège du « lifestyle creep ».
  • Tenez une comptabilité personnelle, budgétez vos dépenses et investissez le reste de votre argent.

Ce livre vous intéresse ?
Allez voir l'avis d'autres lecteurs de The Millionaire Next Door sur Amazon.

Tenez-vous informé des derniers résumés en vous abonnant à la newsletter de Petit Bouquin :